->emp - chrono
courrier site emp

Février-Mars 2009 (page 3/3)

Sommaire de Février-Mars 2009 : Clic !

 
 
11 Mars 2009
Thierry a écrit :

1. Objet : Les miracles de Jésus

Vous avez écrit quelque part : "Oui, Jésus était aussi un guérisseur. Il est probable que cette fonctionnalité était - si j'ose dire - incluse dans son "pack messianique de base" : un Messie crédible se devait d'être à la fois un prophète déterminé et un rabbi charismatique, doté de pouvoirs thaumaturgiques."

Alors là, je vous recommande la lecture de l'excellent ouvrage de Thierry MURCIA intitulé Les miracles élucidés par la médecine. Son éditeur a cessé ses activités, mais vous pouvez commander directement le livre en lui écrivant. Son site internet : membres.lycos.fr/murciathierry/

 

2. Objet : Jésus zélote

L'un de vos lecteurs a posé la question suivante : Pensez-vous que Judas aurait été zélote, comme d'autres disciples que Jésus aurait recruté dans la troupe de Jean-Baptiste ?

Je viens de lire cela très rapidement et j'y répondrai d'une manière très brève.

Il est impossible que Judas ait été zélote pour la bonne raison que le parti des zélotes ne se constitua que peu de temps avant la guerre [des Juifs de 66-70]. Il convient de ne pas confondre le mouvement de Judas de Gamala et de ses fils (qualifiés plus tard de sicaires) avec celui des zélotes. Par ailleurs, il y a des différences doctrinales entre les deux mouvements. Les sicaires, par exemple, assassinent les "collabos" pour expier les péchés d'Israël, mais refusent de prendre l'épée contre Rome (suicide à Masada). Les Zélotes, quant à eux, n'hésitent pas à se battre contre Rome et ses alliés.
A ce sujet, lire l'excellent ouvrage de Christophe MEZANGE (chercheur au CNRS) : www.geuthner.com

Concernant Simon Pierre : cat.inist.fr

En ce qui concerne Jésus, il n'est pas impossible qu'il ait été proche du mouvement de Judas de Gamala. Ses propos à l'égard des Sadducéens, Hérodiens et autres collabos sont sans équivoque. Il demande à ses disciples de ne pas prendre l'épée contre Rome et annonce le châtiment des collabos par la main des messagers (aggelos) de feu. C'est très exactement ce qui s'est passé durant la guerre : les sicaires ont fui Jérusalem et se sont réfugiés à Masada avant que les Zélotes appuyés par les Iduméens massacrent les prêtres et les notables…

 
 
 
RÉPONSE :

À nouveau, un grand merci pour ces précisions et remarques…

Oui, vous avez raison : utiliser le terme zélote pour désigner les nationalistes juifs de l'époque de jésus, constitue un anachronisme… mais celui-ci est tellement répandu, même chez des "spécialistes", que le péché est bien véniel !

 

 
 
 
15 Mars 2009
"Domaine Le Moulin" a écrit :

Objet : Maximin Hercule en Gaule Narbonnaise ?

J'habite le village de Martres Tolosane (31) et les archéologues de Toulouse viennent d'authentifier le propriétaire de la très importante villa gallo-romaine de "Chiragan", sise dans ce dernier. Il s'agirait de Maximin Hercule. Pouvez-vous confirmer la chose ?
Merci de votre réponse.

 
 
 
RÉPONSE :
Oh, vous savez, habitant en Belgique, et dépourvu de documentation suffisamment détaillée sur les villas romaines de votre belle région, je serais mal venu de contredire des archéologues qui ont travaillé sur le terrain et jugé "sur pièce" de la pertinence des indices recueillis avant de procéder à cette identification.
Disons donc je ne vois aucune raison qui m'interdirait de penser que Maximien Hercule était l'heureux propriétaire d'une imposante villa du côté de Martres Tolosane…

 

maximien hercule
 
 
 
30 Mars 2009
Gricca a écrit :

Livres sur l'empire romain

Depuis le début de l'année 2009, les parutions de livres sur l'empire romain se sont succédées. Il ne m'a pas été possible de les suivre régulièrement en raison d'absence de France, néanmoins j'ai pu me procurer tous les ouvrages cités ci-dessous :

  • Saint Paul sur les routes du monde romain - Infrastructures, logistique, itinéraires par Chantal REYNIER - Cerf 2009 :

Voyager ne va pas de soi dans l'Antiquité ! Or saint Paul a beaucoup voyagé. Pour ce faire, il a naturellement utilisé les moyens de transport et les infrastructures tant routières que maritimes de son époque. Et c'est d'abord un tableau vivant des échanges et des voyages dans le monde romain du Ier siècle de notre ère que propose l'auteur. Les témoignages contemporains de Paul et les découvertes les plus récentes de l'archéologie et de l'historiographie permettent d'éclairer les sources documentaires traditionnelles (Actes des apôtres et lettres de Paul). Chantal Reynier reconstitue les voyages de l'Apôtre, la façon dont il se représentait l'espace en fonction de sa culture romaine, et elle nous met devant les choix qu'il eut à faire. Développant ses voyages par cercles concentriques vers l'extrême Occident, ce n'est pas par hasard que Paul choisit les carrefours routiers ou les grandes cités maritimes pour s'installer et fonder des communautés ! Le suivre dans ses expéditions, s'arrêter avec lui, c'est saisir sur le vif la manière dont s'est constitué et organisé le christianisme. Cet ouvrage est actuellement le seul en français à étudier scientifiquement les voyages de Paul en eux-mêmes. Et ce n'est pas son moindre mérite que d'accroître de façon non négligeable notre connaissance des techniques de navigation et des représentations de l'espace au Ier siècle. Nombreuses cartes originales.

  • Chronologie de la Rome antique par Yann RIVIÈRE - Points Histoire, 2009 :
De la fondation mythique de Rome, en 753 avant notre ère, jusqu'à l'assassinat du dernier empereur, en 480, guerres, alliances, retournements et troubles politiques mettent la Ville à feu et à sang. De la République à l'Empire, des conquêtes à l'économie, cette chronologie fait revivre la civilisation romaine dans ses fastes comme dans ses excès, dans sa splendeur comme dans son déclin. Un portrait complet et haut en couleurs de la Ville éternelle sur plus d'un millénaire. 
 
chantal reynier - saint paul
  • Les lois religieuses des empereurs romains de Constantin à Théodose II, volume II Code Théodosien I-XV, Code Justinien, Constitutions sirmondiennes par Roland DELMAIRE et autres - Cerf, 2009, Sources Chrétiennes n° 531 :

Ce volume fait suite à celui du livre XVI du Code Théodosien publié en 2005 (SC n° 497). Il contient des lois tirées des 15 autres livres ; d'autres, en plus petit nombre, provenant uniquement du Code Justinien ; et enfin, les "Sirmondiennes", petit recueil très ancien de lois religieuses non retenues dans aucun des deux Codes. Toutes ces lois, presque 200 au total, datant de 312 à 438, ont en commun d'être, au moins par un aspect, des lois religieuses. Certains de ces textes complètent les rubriques du livre XVI, dans lesquelles ils auraient pu figurer. D'autres ouvrent des aperçus nouveaux et apportent une note historique originale, en évoquant non plus seulement les responsables religieux, les croyances et les cultes, mais encore l'imprégnation chrétienne débutante ou grandissante de différents secteurs de la vie quotidienne, sociale, et administrative, sous la haute autorité d'un pouvoir impérial résolu, autant qu'avisé. Une introduction, de copieuses annotations, des annexes, diverses mises au point et plusieurs index permettent d'apprécier au mieux ces documents d'une valeur inestimable pour la compréhension de l'Empire romain tardif comme de l'Eglise des IVe et Ve siècles.

  • Soldats et fantômes de Jon E. LENDON - Tallandier, 2009 :

Constatant d’une part les impressionnantes victoires des armées spartiates, macédoniennes ou romaines, et d’autre part le nombre relativement faible de progrès technologiques pendant l’Antiquité, J. E. Lendon s’interroge sur l’évolution des méthodes d’une société. Pourquoi les pratiques guerrières changent-elles si ce n’est pas une innovation technique qui les a modifiées ? Pour répondre à cette question, l’auteur retrace l’histoire des combats sur terre en Grèce puis à Rome, de l’époque d’Homère jusqu’au IVe siècle après Jésus-Christ. Loin de nous donner une nouvelle interprétation des faits marquants de ces combats, il s’attache plutôt à nous présenter une histoire de l’art guerrier en identifiant les évolutions qui la traversent et surtout les causes profondes de celles-ci. Comment sont nées les phalanges grecques ? D’où venait la légendaire discipline des armées romaines ? Comment peut-on expliquer l’excellence militaire dans le monde antique ? Il apparaît alors que ce qui fait la force de ces armées grecques puis romaines est non pas le désir de modernité, mais au contraire la conformité aux traditions et la référence perpétuelle au passé. Les soldats de l’Antiquité combattaient épaulés par leurs fantômes, et bien souvent triomphaient. Sous le prisme de l’histoire militaire antique, J. E. Lendon traite de la question plus générale de l’évolution d’une société dans le temps, de l’origine des changements qu’elle connaît, et finalement de la place fondamentale que jouent les rites, croyances et traditions dans ces changements. Cette analyse, dans une langue fluide et volontairement accessible aux néophytes de l’art guerrier comme à ses spécialistes, cherche à identifier les éléments culturels, spirituels ou religieux qui créent les conditions favorables à l’amélioration, ou tout du moins la modification, des pratiques et méthodes d’action d’une société.

 
soldats et fantomes - jon e. lendon
  • Césars, Les Maîtres de Rome par Mickael LEPEINTRE - Timée-éditions, 2009 :

Ils s'appellent Jules César, Auguste, Tibère, Caligula, Claude, Néron, Galba, Othon, Vitellius, Vespasien, Titus et Domitien. Ils furent adulés ou détestés, divinisés ou oubliés, pleurés ou assassinés. Ils sont les douze premiers empereurs de Rome, ceux qui symbolisèrent la gloire de l'empire antique. L'assassinat du premier ouvre la porte à son fils adoptif, Octave, le futur Auguste, qui, Marc Antoine et Cléopâtre écartés, achève la réforme de la République romaine et laisse place au Principat et à l'Empire romain. Rome entre alors dans l'ère de la démesure. La folie de Caligula, la cruauté de Néron ne sont tempérées que par la flamboyance d'Auguste et la modestie de Claude. Avec Césars, les maîtres de Rome, Mickael Lepeintre nous convie au cœur de plus d’un siècle d’Histoire, à travers les destins exceptionnels de ceux qui ont dominé l’ensemble du monde méditerranéen et l’ouest-européen, entre mythe et réalité historique. Comment le peuple de Rome en vint-il à haïr Tibère ? Pourquoi Claude a-t-il fait exécuter celle qu’il aimait, la célèbre Messaline ? Néron a-t-il fait brûler Rome ? Découvrez la grande et la petite histoire d’une civilisation à son apogée.

  • Les chevaliers de l'Apocalypse - réponse à MM. Prieur et Mordillat de Jean-Marie SALAMITO - Lethielleux/Desclée de Brouwer, 2009 :

L'histoire du christianisme antique serait celle de la longue trahison de Jésus par ceux qui se réclamaient de lui. C'est ce qui ressort de la série télévisée L'Apocalypse, écrite et réalisée par Jérôme Prieur et Gérard Mordillat, et de leur livre, Jésus sans Jésus. Mais que penser d'une telle affirmation ? L'historien Jean-Marie Salamito la réfute avec vigueur. En démontant la méthode employée, il revient sur les points les plus controversés : liens des chrétiens avec le pouvoir romain, antisémitisme et antijudaïsme, histoire des martyrs, critique des sources… Car il existe bel et bien un "noyau dur" de l'histoire du christianisme, qu'il faut distinguer d'énoncés fantaisistes ou tout simplement antichrétiens.

  • Les femmes en Gaule romaine, Ier siècle av. J.-C.-Ve siècle apr.J.-C. par Bernard RÉMY et Nicolas MATHIEU - éditions Errance, 2009 :

Longtemps, l'histoire sociale a relégué les femmes dans l'ombre des hommes. Dans l'Antiquité, juridiquement, elles n'étaient en rien égales aux hommes. En s'appuyant principalement sur les sources archéologiques, iconographiques et épigraphiques, dans lesquelles elles apparaissent en tant que filles, soeurs, mères, épouses, esclaves, affranchies ou libres, les auteurs montrent la place importante que les femmes occupaient dans une société provinciale sous l'Empire romain. Adoptant le point de vue du féminin, ils livrent une image nuancée et renouvelée des femmes dans la Gaule romaine, considérée ici principalement dans le cadre géographique de la France. Les femmes n'y sont confinées à la maison. Elles sont aussi actives que les hommes dans l'artisanat, le monde rural ou agricole. L'une est médecin, telle autre à la tête d'une entreprise de plomberie. Elles sont prêtresses, honorées aussi dans la sphère publique. Elles sont loin d'être uniquement "femmes de" ou "filles de" et nous obligent à nous interroger aussi sur les frontières du genre.

  • Rome et Jérusalem par Martin GOODMAN - Perrin, 2009 :

En 70 après J.-C., Jérusalem fut mise à sac par les Romains. Mais cet épisode fut plus qu'un conflit entre un empire et l'un de ses vassaux : pendant trois siècles, les Juifs repoussés en marge de la société impériale en vinrent à considérer Rome comme la quintessence du mal. Un tel antagonisme entre deux civilisations antiques, qui auparavant avaient coexisté pacifiquement, est sans précédent. Reste à comprendre les racines et les manifestations diverses de ce conflit. Dans un livre qui a fait date, l'académicien Martin Goodman, professeur à Oxford, retrace l'histoire de la naissance de l'antisémitisme dans l'Empire romain. Au moment où les représentants de l'empereur restaient invisibles, sauf pour lever l'impôt ou garder le palais du roi Hérode, où la paix romaine profitait à Jérusalem et où l'on commençait à parler de coexistence éternelle, l'impensable s'est produit.

  • Les Africains I - Les intellectuels carthaginois de Paul MONCEAUIX - présentation, commentaires et indices de Leïla LADJIMI SEBAÏ - cartaginoiseries, 2009
    [réédition de l'ouvrage de Paul MONCEAU de 1894, Les Africains, Etude sur la littérature latine d'Afrique, Les Païens] :

Nous devons à Paul Monceaux une oeuvre monumentale consacrée aux illustres hommes de lettres appartenant à l'Afrique antique. Cette région du monde, à l'époque romaine, fut le grand relais de la littérature latine et a eu, entre autres vocations, l'apprentissage puis la maîtrise de cette langue ; car c'est précisément au moment où les lettres de Rome donnent très nettement des signes d'épuisement, que les oeuvres des auteurs africains se répandent dans le monde méditerranéen et brillent d'un éclat particulier. Ces Africains ont contribué à faire la grandeur de ce pôle intellectuel qu'était la Carthage romaine à l'époque païenne, un des centres littéraires et artistiques parmi les plus brillants de l'Antiquité, que l'auteur fait ici revivre avec réalisme et talent. Autant de raisons qui justifient la première réédition de cet ouvrage publié en 1894, pour découvrir l'histoire de l'Afrique romaine et du Maghreb.

  • Jardins et paysages de l'Antiquité, Grèce-Rome par Aude GROS de DELER, Bruno MARMIROLI et Alain RENOUF - Acte Sud, 2009 :

Chapitres de la section Rome : Rome, creuset du monde gréco-romain ; Le jardin primitif romain - Le rapport des Romains à la nature ; Pratiques et savoir-faire des jardiniers romains ; L'eau dans les jardins romains : une présence sacrée et festive ; Les jardins du pouvoir - Pouvoir des jardins ; Le jardin d'ornement : esthétisme et composition ; Conclusion.

  • Le quotidien municipal dans l'Occident romain dirigé par Clara BERRENDONNER, Mireille CÉBEILLAC-GERVASONI, Laurent LAMOINE - Presses universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, collection Histoires croisées, 2009 :

(Résumé) Le quotidien municipal dans l'Occident romain constitue le bilan de cinq années de recherches internationales, coordonnées par Clara Berrendonner et Mireille Cébeillac-Gervasoni, sur le fonctionnement des cités en Italie et dans les provinces occidentales de l'empire romain entre le IIe siècle av. J.-C. et le IIIe siècle ap. J.-C. Une quarantaine de contributions et une chronique des débats permettent d'envisager plusieurs secteurs de la pratique municipale : procédures et personnels politiques et administratifs, gestion financière, liens avec les acteurs économiques, construction publique et évergétisme, célébration des notables, relations avec l'empereur, rapports avec les substrats indigènes.

  • L'armée romaine dans la tourmente - Une nouvelle approche de la "crise du IIIe siècle" par Yann Le BOHEC - Editions du Rocher, Collection : l'art de la guerre, 2009 :

Les Romains ont longtemps pensé que leur armée était invincible. Mais ils ont eu la preuve du contraire lors de la "crise du IIIe siècle", une crise fondamentalement militaire, avec des implications multiples : politiques, économiques, sociales et même culturelles et religieuses. Pendant des décennies, les historiens ont cru qu'ils pouvaient faire l'économie de l'histoire militaire pour écrire l'histoire du IIIe siècle. A quoi bon étudier les guerres ? Et l'armée romaine ? Ils n'ont jamais pensé, non plus, aux ennemis. Bien pire, ils ne se sont même pas demandé comment la guerre était financée, et encore moins si elle pouvait l'être. Yann Le Bohec, qui enseigne l'histoire romaine à la Sorbonne, a abordé le sujet. Non sans jubilation, et avec une ironie discrète, il pointe du doigt les préjugés qui ont fait naître des erreurs parfois énormes. C'est ainsi qu'on a reproché aux fantassins romains de se laisser distancer par les cavaliers barbares, alors que ces derniers étaient eux aussi des fantassins. Les lecteurs retrouveront ici ses qualités de récit et d'écriture, la rigueur et la méthode dont il a fait preuve dans d'autres livres consacrés à l'armée romaine … et à ses ennemis.

 
  • L'expression du pouvoir au début de l'Empire. Autour de la Maison Carrée à Nîmes, sous la direction de Michel CHRISTOL, Dominique DARDE - éditions Errance, 2009 :
(Résumé) Avec la mise en place de l'Empire romain, un programme architectural imposé par les nouveaux maîtres du monde entend afficher leur pouvoir et leur conception du monde. Monuments, inscriptions, statues rendent publique, notamment à Nîmes, l'action du nouveau pouvoir. 
 
armee romaine - yann le bohec
  • Légionnaires, auxiliaires et fédérés sous le Bas-Empire romain par Alain ALEXANDRA et François GILBERT - Histoire vivante, éditions Errance, 2009 :

Travaillant à partir d'études récentes, le plus souvent en liaison avec les archéologues et les historiens, les acteurs d'"Histoire vivante" font revivre une période encore mal connue de notre histoire. Reconstituer fidèlement un équipement, puis le tester dans les conditions les plus réalistes possibles (marches, manoeuvres, maniement des armes, etc.), offre un moyen original de confronter les sources à la réalité du terrain et de mieux comprendre la vie de ces hommes, qui défendirent l'Empire romain du IIIe au Ve siècle de notre ère, avec le même courage qu'il avait fallu à leurs aînés pour le conquérir. Loin d'être les soldats passifs d'un Empire décadent, les légionnaires et auxiliaires de l'Antiquité tardive firent montre de facultés d'adaptation et d'assimilation remarquables. Trois siècles durant, les armes, les costumes et les techniques de combat des soldats romains évoluèrent constamment, empruntant à leurs différents adversaires, Germains, Goths, Perses ou Huns, l'ensemble de leurs atouts techniques pour les perfectionner et les retourner contre eux.

  • Jules César d'Isabelle HONNORÉ - Sem Figures et Plumes Editions, 2009 :

Amateur d'oeuvres d'art et de pierres précieuses, généreux dispensateur de jeux et banquets, il est aussi un séducteur notoire, des patriciennes romaines à Cléopâtre. Stratège et conquérant infatigable, vainqueur des Gaulois et des Germains, il a repoussé les limites du monde romain. Brillant orateur, réformateur intelligent, habile politique, il a su gagner le soutien du peuple comme se constituer de fidèles amitiés ou des inimitiés irréversibles. Il ne recule devant aucune audace pour parvenir au pouvoir suprême et l'exercer en maître absolu. La république ne lui survit pas et il devient après sa mort le père d'une dynastie, celle des Césars.

 
  • Les Alpes occidentales romaines par Maxence SEGARD - éditions Errance, 2009 :
(Résumé) La présente enquête s'oriente dans deux directions distinctes. La première concerne l'urbanisation et, plus généralement, les modes d'occupation des Alpes occidentales durant la période romaine. La seconde concerne les ressources elles-mêmes, au centre des activités économiques des populations alpines, avec en particulier le pastoralisme et l'exploitation des mines.
 
J'ajoute un ouvrage de luxe que j'ai seulement feuilleté en librairie :
  • Hadrien, souverain de la romanité par Robert TURCAN - Faton, 2009 :
(résumé : site Faton) 
jules cesar - isabelle honnore

GRICCA