->emp - chrono
courrier site emp
   

Sommaire Mai 2005 :

  • 2 Mai :
    • Que sait-on réellement d'Antinoüs ? : Clic !
    • Britannicus : une mère pute… et un père putatif ? : Clic !
  • 4 Mai :
    • La lettre de Julien aux Juifs serait-elle apocryphe ? : Clic !
  • 5 Mai :
    • Le césar Julien et les agents du fisc… : Clic !
  • 5 Mai :
  • 6 Mai :
    • Quelques pistes pour disserter de l'évolution du pouvoir impérial à Rome : Clic !
  • 7 Mai :
    • Où dénicher une chronologie du règne de Caligula ? : Clic !
2e PAGE
  • 9 Mai :
    • Attention à l'année de l'ordination de l'empereur Auguste ! : Clic !
  • 12 Mai :
    • La nouvelle ère du Verseau : finirons-nous bouillis ou rôtis ? : Clic !
  • 13 Mai :
    • Lucille, la fan secrète du beau et brave Gladiator… : Clic !
  • 14 Mai :
    • À propos de la villa impériale de Castel Gandolfo : Clic !
      • Les villas des premiers Julio-Claudiens : Clic !
  • 14 Mai :
    • Crispina, l'épouse de l'incommode Commode… : Clic !
  • 15 Mai :
    • La tentation byzantine : vade retro !… : Clic !
3e PAGE
  • 15 Mai :
    • L'industrie romaine : de nouveaux arguments pour alimenter le débat !… : Clic !
  • 17 Mai :
    • Des infos sur la statue d'Auguste dite de la Prima Porta…  : Clic !
  • 19 Mai :
    • Alexandra recherche le Hagakuré (ou le Bushido) gréco-romain…  : Clic !
  • 20 Mai :
    • Des temples païens partagés avec les Chrétiens ?  : Clic !
4e PAGE
  • 23 Mai :
    • Gladiateurs : le geste létal de l'Auguste… : Clic !
    • Où sont diantre passés les bouquins de Magon ?  : Clic !
  • 25 Mai :
    • Probus, spécialiste en génie civil ? : Clic !
  • 28 Mai :
    • paganchrist : un exposé de Louis CAMPOS sur le passage du paganisme au christianisme : Clic !
  • 30 Mai :
    • À quoi Hadrien ressemblait-il donc ?  : Clic !
RECHERCHE DANS LE SITE
"EMPEREURS ROMAINS"
Google Custom Search
 
2 Mai 2005
Jacqueline a écrit :
 

Tout d'abord, je vous remercie d'avoir répondu si gentiment et si rapidement à ces questions au-delà même de mes espérances….

En espérant ne pas trop vous embêter, je souhaiterais vous raconter quelque chose : voilà, je m'appelle Jacqueline, j'ai 50 balais depuis le mois dernier, je suis mariée (mon mari se nomme Charles), j'ai deux enfants adultes (installés le plus loin possible de chez nous) et comme je suis femme au foyer, je passe mes journées entières à m'ennuyer comme jamais….

Heureusement, j'ai d'autres passions que la télévision et le ménage : la plus importante est sans doute l'Histoire, en particulier (et comme je l'ai peut-être déjà mis dans mon mail précédent) l'époque magnifique de Rome sous l'Empire. C'est une chose parmi tant d'autres que mes proches n'ont jamais essayé de comprendre.
Aussi, j'ai pris un grand plaisir à dévorer des pages entières de votre site consacrées au courrier des visiteurs, tout en constatant, avec un bonheur immense (et je pense ne pas exagérer), qu'autant de gens aient l'air de s'intéresser à cette période.

Si vous êtes encore en train de lire mon message (qui pourrait paraître ô combien chiant, j'en conviens), vous serez peut-être surpris par le fait qu'un bon nombre de raisons pour lesquelles l'Empire à Rome me fascine est étrangement lié à celle que j'ai pour la presse à scandale, les bons péplums bien hard et les histoires dignes de la série Amour, Gloire et Argent (si vous ne connaissez pas vous avez de la chance)…
Les combats de gladiateurs, les batailles héroïques des légions, les Césars fous, les scènes de persécutions de chrétiens qui me font pleurer à chaque fois, les histoires de familles royales très particulières, ou encore, les belles histoires d'amour entre des princesses et des généraux… Tout cela me passionnera toujours et quoi qu'il arrive.
Ce que je trouve de meilleur, ce sont les destins exceptionnels de cette poignée de personnages, qu'ils soient empereurs, impératrices, généraux, favorites, princesses ou favoris, et qui me permettent de rêver ou de m'évader en me les imaginant…

Ce que je trouve le meilleur, ce sont les destins exceptionnels

Maintenant, si ça ne vous dérange pas, :

1. J'aimerais savoir ce que l'on connaît d'Antinoüs, favori d'Hadrien ?

 
 
 
RÉPONSE :
 

Mais vous avez parfaitement raison d'apprécier des destins hors normes. Ne sont-ce pas ceux-là qui rendent l'histoire plus passionnante que ces romans qui "font pleurer Margot" ? (…"Et bander Jules", serais-je tenté d'ajouter, au risque vous froisser - mais puisque vous me dites apprécier les "péplums bien hard" !…).
Car finalement, l'austère l'histoire scientifique, celle qui s'intéresse à l'évolution des institutions, à la démographie, à l'économie ; celle qui est bourrée de données statistiques, archéologiques, génétiques - voire stratigraphiques, météorologiques, ou palynologiques ; celle qui s'appuie sur immenses bibliographies remplies de références à d'introuvables bouquins de vénérables auteurs ; bref, cette histoire qui étudie, analyse, décrypte est, certes, indispensable, et peut même, parfois, être agréable à lire, mais elle ne sera jamais aussi palpitante qu'une bonne biographie d'un personnage haut en couleur, remplie d'anecdotes croustillantes.
Pour rester dans le domaine people que vous chérissez tant, une rêche analyse de la monarchie belge sous le règne de feu notre saint, dévot et chaste roi Baudouin, ne sera jamais aussi jubilatoire que le récit des frasques des frétillantes (ô combien) princesses monégasques !

Mais venons-en à vos préoccupations du jour…

En définitive tout que l'on sait du bel Antinoüs, favori d'Hadrien, se résume à bien peu de chose. Finalement, une petite phrase suffirait : "Jeune Bithynien, il fut le favori de l'empereur Hadrien, se noya dans le Nil et fut divinisé après sa mort".
Pour plus de détails - mais, je vous préviens d'emblée, vous n'en recueillerez pas des masses - vous pouvez toujours vous en référer aux textes des historiens antiques relatifs à Hadrien et à son règne, rassemblés sur l'excellent site www.mediterranees.net :

  • Hadrien chez Dion Cassius : Clic !
  • Hadrien chez Aurelius Victor : Clic !
  • Hadrien chez Eutrope : Clic !
  • Hadrien dans l'Histoire Auguste : Clic !.

Et puis, bien sûr, sur mon propre site, quelques infos et digressions à propos de ce joli garçon :

  • Quelques liens sur Antinoüs et ses représentations : Clic !
  • À la recherche d'un Antinoüs cher à Marguerite Yourcenar : Clic !
  • Où un internaute me reproche de tomber dans l'hypercritique au sujet d'Hadrien et d'Antinoüs : Clic !.
antinous  
 

2. A-t-on des doutes sur le fait que Britannicus soit bien le fils de Claude (après tout, c'est quand même la scandaleuse Messaline qui l'a porté).

 
 
 
RÉPONSE :
 

Tout étonnant que ce fût vu la désastreuse, détestable et scandaleuse réputation de sa mère, à ma connaissance, personne ne contesta jamais à Britannicus sa qualité de fils légal (voire "biologique") de l'empereur Claude. Mieux , celui-ci, de son côté, ne semble jamais avoir nourri le moindre doute quant à sa paternité. Et pourtant, Dieu sait qu'il était plutôt sourcilleux sur ce point : n'avait-il pas refusé de reconnaître une petite fille, née de son premier mariage (avec une certaine Plautia Urgulanilla) parce qu'il n'était pas sûr d'en être le père ?

Urgulanilla, Messaline, et enfin Agrippine… L'avait décidément pas de chance avec ses meufs, ce vieux broubeleir (c'est du "belge" - traduisez : "bafouilleur, bégayeur") de Claude !

Pour conclure en revenant aux enfants de Claude et Messaline, il est possible que, pour désamorcer les légitimes soupçons de son mari, celle-ci ait adopté la même stratégie que cette autre grande Matrone-couche-toi-là que fut Julie, la fille unique d'Auguste. En effet, à quelqu'un lui demandait comment elle s'y prenait, avec la vie de bâton de chaise qu'elle menait, pour faire à son vieil époux Agrippa des enfants qui lui ressemblassent tant, cette gente dame aurait répondu un jour : "J'agis simplement en marin prévoyant ;je ne prends de passagers que lorsque mes soutes sont pleines !".

britannicus

Ah, ces grandes dames du temps jadis ! Elles manquaient peut-être parfois de sens moral, mais jamais de celui de la répartie !…

 
 
 
4 Mai 2005
Jocelyn a écrit :
 

Objet : Lettres de Julien reconnues comme des faux

Désolé mais, je suis étonné que vous utilisiez ces lettres de Julien reconnues comme des faux (assez habiles) :

DEUX FAUSSES LETTRES DE JULIEN L'APOSTAT (LA LETTRE AUX JUIFS, EP. 51 [WRIGHT], ET LA LETTRE À ARSACIUS, EP. 84 [BIDEZ])
Author : Van Nuffelen P.
Source: Vigiliae Christianae, 2002, vol. 56, no. 2, pp. 131-150 (20)
Publisher: Brill Academic Publishers

Abstract : Pratiquement toute collection épistolaire ancienne contient de fausses lettres et le corpus de Julien l'Apostat (361-363) n'y fait pas exception. Deux catégories sont à distinguer. Les lettres inauthentiques sont des lettres originales d'un autre auteur qui ont été introduites plus tard dans la collection sous le nom de Julien. Les lettres de Julien à Jamblique furent, à cet égard, sans doute écrites par un inconnu dans les années 314-19. La lettre de Julien aux Argiens est de deux siècles plus ancienne qu'on ne le croyait en fonction de sa place dans le corpus de l'empereur. La deuxième catégorie comprend les faux purs et simples : un auteur postérieur a imité le style de Julien afin de faire passer un certain message comme étant de l'empereur. Nous étudierons deux cas de ce dernier. D'abord nous démontrerons que la fameuse lettre aux Juifs est fausse. L'authenticité en a été débattue depuis longtemps, sans qu'on ait vu qu'elle reflète la situation juridique d'après 429. Ensuite, alors que l'authenticité de la lettre au grand-prêtre Arsacius n'a jusqu'ici jamais été mise en question, nous croyons cependant être en mesure d'avancer suffisamment d'éléments pour au moins ouvrir le dossier. À notre avis elle trahit la main d'un chrétien de la première moitié du cinquième siècle.

 
 
 
RÉPONSE :
 

Merci pour cette info.

N'étant moi-même guère savant en philologie classique, j'ai utilisé jusqu'à présent une édition de la Correspondance de Julien qui me semblait présenter toutes les garanties de sérieux. Et pour cause, puisqu'il s'agit de l'édition de J. BIDEZ (Société d'édition "Les Belles Lettres", Paris, 1972).

Bien sûr, en cette matière comme dans bien d'autres, l'évolution de la critique est permanente… et les controverses nombreuses ! Il n'est donc possible - pour ne pas dire à peu près certain - que l'opinion de l'auteur que vous citez ne fasse pas d'emblée l'unanimité chez les spécialistes.

Une hirondelle ne fait pas le printemps, et un seul avis - fût-il autorisé - ne devient pas nécessairement parole d'Évangile.

En attendant d'y voir plus clair, et faute d'avoir les compétences pour trancher en faveur ou contre cette nouvelle thèse, je préfère donc maintenir le statu quo… et ma confiance en l'éminent spécialiste de Julien que fut J. BIDEZ.

 
 
 
5 Mai 2005
"Meganoa" a écrit :
 

J'ai à commenter un extrait de texte tiré des Histoires d'Ammien Marcellin. Les cotes associées au texte sont "XVI" et "5-11".
J'ai vraiment du mal à déterminer par où commencer.
Pouvez-vous m'aider ?

 
 
 
RÉPONSE :
 

Évidemment, il m'est très difficile de déterminer si je suis capable de vous aider sans connaître précisément de ce qui vous préoccupe…

S'agit-il d'un texte extrait du chapitre V du livre XVI de l'Histoire de Rome d'Ammien Marcellin (voir site AgoraClass : Clic !) ?
Si c'est bien le cas, le paragraphe 11 correspond à ceci :

"Un jour, ayant mandé les agents du fisc dans son cabinet pour leur remettre une somme d'argent, l'un deux présenta les deux mains, au lieu d'étendre, comme le veut l'usage, un pan de sa chlamyde. Ces gens-là, dit-il, savent bien comme on prend, mais non comme on reçoit."

Rien de très perturbant dans cette petite anecdote amusante !… Le futur empereur Julien, fraîchement nommé césar (c'est-à-dire empereur-adjoint) en Gaule par son cousin, l'empereur Constance II apprend son métier de souverain, reçoit des agents du fisc (latin : agentes in rebus) et s'amuse de leur rapacité.

Lors de son "gouvernorat" gaulois, Julien s'emploiera d'ailleurs à diminuer notablement la terrible charge fiscale qui asphyxiait littéralement ses contribuables. Une mesure qui permit aux habitants de souffler un peu alors qu'ils étaient pris entre la rapacité des agents du fisc et celle de ces envahisseurs germaniques, Francs ou Alamans, qui ravageaient sporadiquement leur pays. La confiance en l'avenir revenant, l'économie gauloise se porta mieux et automatiquement, l'impôt rentra plus aisément et plus abondamment alors même que le taux de taxation avait été réduit.

Voilà tout ce que je peux vous dire à ce stade.

U

Julien dit l'Apostat

 
 
 
5 Mai 2005
Jdecl a écrit :
 

Je vous informe du changement d'adresse de mon site "La chute de l'Empire romain et la fin de Rome en Occident : 370-493 - Chronologie détaillée", qui suite aux problèmes de ifrance, migre sur free.fr à l'adresse suivante :

http://invasionsbarbares.free.fr/


J'ai par ailleurs une question à vous poser, suite à des recherches personnelles.

Il s'avère que Jean (423-425) est à l'origine d'une législation limitant les privilèges des chrétiens ecclésiastiques. Deux livres en ma possession en parlent : Le monde romain tardif de Bertrand Lançan ("Il semble que sa tentative ait donné lieu à un essai de retour aux traditions païennes comme Eugène"), et Des Dieux et des Empereurs - mélange romain d'André Lama ("Ce Jean plutôt favorable au paganisme avait déjà pondu des édits limitant les privilèges des ecclésiastiques.")

Creusant la question, je me suis tourné vers le Code Théodosien. En 425, Valentinien III et Théodose II publient trois édits, revenant sur la législation de Jean après sa mort.

[…] les privilèges accordés par les lois passées aux églises et aux clercs, qui avaient été abolis, sont rétablis […] (Cth.16.2.46)

[…] par dévotion, nous rétablissons les privilèges de toutes les églises, que le tyran voyait d'un mauvais œil en notre siècle […] (Cth.16.2.47pr.)

[…] Quant aux clercs, qu'un usurpateur funeste avait ordonné qu'ils devaient être traduits devant des juges séculiers, nous les réservons à l'attention épiscopale. Il n'est en effet pas permis que des ministres de la fonction divine soient placés sous le pouvoir temporel. […] (CTh.16.2.47.1)

Mais les textes de Jean lui-même ne subsistent pas dans le code. Il en va de même pour la législation d'Eugène et de Julien (sauf du César Julien subordonné à Constance II). Bref, toute législation d'empereur non favorable au christianisme a disparu…
Savez-vous où trouver les textes législatifs originaux d'Eugène et de Jean ? Un auteur "tardif" y fait-il référence (dans le style réfutation de…) ? Saint Augustin ne semble pas y faire référence dans ses lettres…

Merci d'avance.

 
 
 
RÉPONSE :
 

Au risque de vous décevoir, je n'ai trouvé chez moi aucune mention des législations "réactionnaires" d'Eugène ou de Jean. Mais il est vrai que ma documentation sur les dernières années de l'Empire romain est fort probablement beaucoup moins importante, tant quantitativement que qualitativement, que celle dont vous disposez pour vos recherches, plus ciblées que les miennes.

Tout ce que je peux faire, c'est donc "publier" votre question dans ces pages de mon site, dans l'espoir (qui parfois se réalise) que des internautes puissent nous venir en aide. Naturellement, le cas échéant, je ne manquerai pas de vous informer des informations que je recevrais.

 
 
 
6 Mai 2005
Lucie a écrit :
 

Je suis amenée à devoir faire une dissertation sur l'évolution du pouvoir impérial romain du "principat" au "Dominat" (du Ier siècle av. J.C. au début du IIIe s.), mais je n'arrive pas à trouver de plan chrono-thématique en 3 parties : je n'arrive pas a clairement découper la période en 3 évolutions, 3 aspects du pouvoir impérial romain.

Pourriez-vous me donner quelques pistes ?

 
 
 
RÉPONSE :
 

Classiquement, on distingue trois grandes périodes dans l'histoire de l'Empire romain :

  • De 27 av. J.-C. à 235 ap. J.-C. : le Haut-Empire ou Principat
  • De 235 à 385 : Période de transition ou Anarchie militaire
  • De 385 a 476 : Bas-Empire ou Antiquité tardive ou Dominat.

Naturellement, il y aurait beaucoup à redire sur ce découpage : l'Empire romain des Antonins, ces empereurs du IIe siècle (celui de l'apogée de la Rome antique), ne ressemblait guère à celui d'Auguste et ses successeurs directs, les Julio-claudiens. D'autre part, beaucoup de réformes attribuées à ce Dioclétien, pourtant généralement considéré comme le fondateur du "Bas-Empire", furent en fait mises en œuvre dès le règne de certains de ses prédécesseurs de l'Anarchie militaire, en particulier, ces énergiques souverains originaires des Balkans, les empereurs illyriens.

De même, les lignes d'évolution sont théoriquement assez simples à tracer. Du Haut-Empire jusqu'au Bas-Empire, on passe (entre autres) :

  • D'un empire libéral à un empire autoritaire (voire totalitaire)
  • D'un empereur premier magistrat d'une République de plus en plus virtuelle à un empereur de droit divin. L'empereur, mortel que sa fonction rendait sacré (augustus) et qui pouvait éventuellement être déifié après sa mort, devient progressivement l'incarnation terrestre de Dieu (ou des dieux)
  • D'un Sénat influent (mais déjà plus tout puissant) à un Sénat réduit au rang de "conseil municipal" de la ville de Rome.

Mais, bien sûr, ici aussi, on pourrait nuancer à l'infini…

Pour quelques infos complémentaires relatives à ces évolutions sociétales, je vous invite à consulter ces pages :

Et, évidemment, ces autres sites internet :

 
 
 
7 Mai 2005
Anne Sophie a écrit :
 
Je dois rendre un travail de fin d'année sur l'empereur Caligula et j'ai un petit problème… Vous m'aideriez beaucoup si vous pouviez énoncer chronologiquement et brièvement tous ses "actes" ainsi que ce qui s'est passé durant son règne, car j'avoue avoir du mal à le faire !
 
 
 
RÉPONSE :
 

En fait, je n'aime pas trop abréger les biographies qui figurent dans mon site.
Pourquoi ? Parce qu'il me semble inutile de refaire - en moins bien - ce qui existe déjà autre part sur la Toile. En effet, bien d'autres sites, très bien conçus, proposent déjà de courtes notices chronologiques d'empereurs romains.

Je vous invite donc à visiter ces pages qui devraient vous fournir toutes les infos qui vous sont nécessaires :

  • Tout d'abord - à tout seigneur tout honneur - sur le site associé Péplum - Images de l'Antiquité, cette chronologie du règne de Caligula : Clic !
  • Site Tiberius13 - le principat de Caligula : Clic !
  • Site Faulquemont - Caligula : Clic !
  • Site de Karl Claerhout - les Julio-claudiens - Caligula : Clic !
  • Site de J.-S. Fernandez - Caligula : Clic !
  • Empereurs célèbres - Caligula : Clic !
 
caligula