475 - 476
Romulus Augustule

(Flavius Romulus Augustus dit Augustulus)

 

romulus augustule

Bien qu'il fût désigné par l'empereur de Byzance pour régner sur l'Occident, Julius Nepos ne put se maintenir plus d'un an sur le trône romain. En 475, une révolte des troupes barbares confédérées qui assuraient la défense de l'Italie (qui, en fait, occupaient la Péninsule) le força à abandonner précipitamment sa capitale de Ravenne et à traverser l'Adriatique pour se réfugier dans sa principauté de Dalmatie (Croatie actuelle).

Oreste, l'ancien secrétaire du roi des Huns Attila et qui commandait les troupes confédérées victorieuses, refusa, on ne sait trop pourquoi, de ceindre la couronne impériale. Il laissa ce périlleux honneur à son fils Romulus, qui reçut donc à ce moment, le titre d'Auguste (Augustus). Mais comme ce titre solennel paraissait peu approprié à un si jeune garçon qui, de plus, n'était qu'une marionnette aux mains de son père, le nouvel empereur fut bien vite affublé du sobriquet d'Augustulus (= "Petit Auguste").

Papa Oreste régnait sous le nom de son fiston. Cet Oreste cependant, en s'alliant aux Barbares confédérés pour bouter Julius Nepos hors d'Italie, s'était fait de fort dangereux amis. Bien vite ceux-ci réclamèrent leur récompense. Et ils n'y allèrent pas de main morte : le cadeau qu'ils exigeaient, c'était un tiers des terres d'Italie, habitants inclus ! Ni plus, ni moins !

Courageusement (il faut le signaler), Oreste ne voulut réduire ses sujets à la pauvreté et à l'esclavage. Il refusa de céder aux Confédérés. Ceux-ci levèrent aussitôt l'étendard de la révolte et assiégèrent Oreste dans Pavie où il n'avait eu que le temps de se réfugier. Après un court siège, la ville fut prise et Oreste exécuté.

Le chef des Confédérés, le nouveau maître de l'Italie était Odoacre, le roi des Hérules. C'était un barbare de haute taille et à l'ambition démesurée.

Face à un adversaire de cet acabit, et, qui, de plus, se trouvait être le meurtrier de son père, le pauvre petit Romulus ne faisait vraiment pas le poids. D'ailleurs lui-même ne nourrissait-il sans doute aucune illusion sur son sort.

Pourtant, Odoacre négligea d'éliminer physiquement le fils d'Oreste. La légende veut que, sur le point d'assassiner Romulus, le chef barbare, frappé de la beauté de l'adolescent, ait épargné sa vie. Mais sans doute est-ce faire beaucoup d'honneur à Odoacre que de supposer qu'il pût être sensible à l'esthétique d'un éphèbe ! Quoi qu'il en soit, en échange de l'abdication de Romulus Augustule, le roi des Hérules lui assigna comme résidence la villa de Lucullus, située en Campanie, et lui alloua une rente de six mille pièces d'or (476).

L'origine barbare d'Odoacre lui interdisait de prétendre à la succession de Romulus. Aussi, après l'abdication du jeune empereur, le chef barbare ordonna-t-il au Sénat romain d'expédier une belle lettre à Zénon, empereur d'Orient, pour expliquer à ce dernier l'inutilité de prolonger plus longtemps la fiction de la succession impériale en Occident.

L'empereur Zénon feignit un moment d'hésiter à accepter la liquidation de l'Empire d'Occident, sous le prétexte que Julius Nepos, l'empereur désigné par son prédécesseur Léon Ier, était toujours bien vivant en Dalmatie et n'avait nullement renoncé à son ambition de régner à Rome. Mais finalement, flatté de rester l'unique "Auguste", Zénon accepta le fait accompli et reconnut à Odoacre le titre de roi d'Italie (479).

Quant à Romulus Augustule, il disparaît totalement de la scène de l'Histoire après 476. L'on ne sait rien des circonstances ni même la date de son décès.

Romulus Augustule sur la Toile :
 

Toujours sur Empereurs romains.net

  • Qui est vraiment le "dernier empereur romain" : Clic !
    • Autour de la mort de Julius Nepos, dernier empereur romain d'Occident : Clic !
  • 476 : un millésime assez banal ! : Clic !
  • Romulus Augustule, un bien jeune retraité !…   : Clic !
  • Un "fabuleux destin" pour Romulus Augustule après son abdication ? : Clic ! et Clic !
  • Que s'est-il passé après 476 ? Quand la "civilisation romaine" a-t-elle pris fin ? : Clic !
  • Oreste, secrétaire d'Attila… et père du dernier empereur ! : Clic !
  • Odoacre, ou l'art de rester dans le flou…: Clic !
  • Que sont devenus "insignes impériaux" renvoyés par Odoacre ? : Clic !
  • La Villa de Lucullus, dernier refuge de Romulus Augustule : Clic !
  • Des précisions sur la pièce de théâtre "Romulus le Grand" : Clic !
  • Jean-Paul II, un héritier direct de Romulus Augustule ? : Clic !
  • La "Chute de l'Empire romain" : Clic !
  • LA DERNIÈRE LÉGION, un roman historique de Valerio Manfredi :
    • Que penser de l'historicité de certains détails de ce livre : Clic !
    • À propos de La dernière légion de Valerio Manfredi : Clic !
    • La Dernière Légion : la perplexité d'une fan… : Clic !
RECHERCHE DANS LE SITE
"EMPEREURS ROMAINS"
Google Custom Search
 
Et sur le site associé PEPLVM - Images de l'Antiquité
  • LE DERNIER DES ROMAINS (Kampf um Rom) (Robert Siodmak, 1967)
    Qui nous délivrera des Romains à l'écran ? Soixante ans après la chute «officielle» de l'Empire romain d'Occident, il n'en restait plus qu'un de «Romain» et c'est R. Siodmak qui en eut la peau ! Préfet de Rome, le perfide Cethegus rêve de restaurer la grandeur de la Ville Eternelle en semant la zizanie entre les braves Ostrogoths et ces vils Orientaux que sont les Byzantins. Que voulez-vous que fît le brave général Bélisaire, sinon mourir avant son heure devant les portes de Rome ?
  • LA DERNIÈRE LÉGION (The Last Legion - The Enchanted Sword) (Doug Lefler, 2007)
    Actuellement (26 avril 2006) en postproduction, l'adaptation du roman de Valerio Manfredi devrait sortir sur nos écrans en 2007. En jetant un pont entre la déposition du dernier empereur romain d'Occident, Romulus Augustule, et l'essor du légendaire cycle celtique du roi Arthur, Manfredi - et le réalisateur Doug Lefler - signent une préquelle au Roi Arthur d'Antoine Fuqua.
  • LE ROI ARTHUR - (Antoine Fuqua, EU - 2004)
    Le scénariste de Gladiator, David Franzoni, tente de restituer le roi Arthur à son contexte historique en imaginant les exploits d'un chef de guerre romano-breton du Ve s. nommé Lucius Artorius Castus, et Antoine Fuqua tourne un remake des Larmes du Soleil : un commando de mercenaires opérant en territoire hostile délivre et ramène une prisonnière de charme et de choc. En totale rupture avec le Cycle courtois des gentes dames et gentils chevaliers, Lancelot, Galahad et les autres sont des rustres mal dégrossis de l'«Age des Ténèbres» britannique, et la «reine» Guenièvre une guerrière picte qui se peint le corps en bleu.
    L'occasion d'un dossier qui inclura Les brumes d'Avalon (2001), Merlin (1998), Le roi des Celtes (1972), ainsi qu'une Filmographie de la Table ronde
 

De Imperatoribus romanis : Romulus Augustulus

The Roman Empire : Romulus Augustulus

Site Histoire antique des pays et des hommes de la Méditerranée :

Catholic Encyclopedia : Romulus Augustulus

Numismatique :

 

En vrac, encore d'autres pages internet :

 

 

 
 
 
Textes originaux du site www.empereurs-romains.net : © JLD - Lucien J. Heldé - 2001