260
Odenath

(Septimius Odaenathus)

 

palmyre

La ville de Palmyre (en araméen Tadmor) était située dans une oasis au bord du désert syrien.
Ses origines remontent au deuxième millénaire av. J.-C. Conquise par Alexandre le Grand, elle fut, après la mort du conquérant macédonien, rattachée au royaume des Séleucides.
En 63 av. J.-C Pompée le Grand annexa Palmyre à l'Empire romain. Une annexion toute théorique car, en fait, la ville resta longtemps en dehors de la sphère d'influence romaine. Ce n'est qu'à partir de la fin du Ier siècle de notre ère que des liens plus étroits commencèrent à se nouer réellement avec Rome. C'est ainsi qu'en 75, le gouverneur de Syrie, M Ulpius Trajan, père de l'empereur du même nom, rattacha Palmyre au dispositif de défense des provinces orientales de l'Empire.

À la fin du IIe siècle ou au commencement du IIIe, Septime Sévère (ou Caracalla) lui donnèrent le statut de "Colonie Romaine". La ville garda cependant ses propres souverains, qui reçurent la citoyenneté romaine et accolèrent le gentilice Septimius à leur nom araméen..
C'est ainsi que sur le trône de Palmyre se succédèrent, de père en fils, deux Septimius Nasor, un Septimius Vaballath, un Septimius Hairan et enfin notre Septimius Odænathus, que nous appelons Odenath (ou Odenat, ou Odeinat)

D'après des inscriptions retrouvées à Palmyre, il est possible qu'Odenath, citoyen romain de naissance et "personnage de rang consulaire", ait exercé, avant 258, les fonctions de gouverneur de la province romaine de Syrie. Jusqu'à cette époque, Odenath, malgré son titre princier, n'était donc guère, au mieux, qu'un souverain vassal de Rome et, au pire, qu'un fonctionnaire de l'Empire.

À partir de 257, sa situation allait évoluer.
Le roi des Perses Sapor Ier, après avoir annexé l'Arménie, envahit la Syrie voisine. Ce que souhaitait le souverain, c'était anéantir la puissance de Rome en Orient, rien de moins !
L'empereur Valérien réagit aussitôt. À la tête, d'une impressionnante armée, il repoussa l'ennemi héréditaire perse jusqu'à l'Euphrate, mais se fit battre à plates coutures sous les murs d'Édesse.
L'empereur romain était prisonnier. Pendant les quelques mois qui lui restaient à vivre, il allait littéralement servir de tabouret au souverain oriental.
Fort de sa victoire, le roi de Perse envahit une nouvelle fois la Syrie. L'Orient tout entier allait-il tomber sous la coupe du monarque sassanide ?

Pas du tout.
Avec l'aide de ses deux fils et du Préfet du Prétoire Ballista, Macrien, un ancien ministre de Valérien, réorganisa la défense romaine et parvint, quasi miraculeusement, à repousser le souverain perse en Mésopotamie. De son côté, Odenath de Palmyre paracheva la déroute de l'ennemi en le poursuivant, l'épée dans les reins, jusqu'aux murs de Ctésiphon, sa capitale.

Malgré ce triomphe qui vengeait l'orgueil national romain, le roi de Palmyre se considérait toujours le fidèle vassal de l'empereur Gallien qui, à Rome, avait succédé à son père Valérien.
Macrien, lui, n'adopta pas la même attitude loyale : sans doute à l'instigation du préfet du Prétoire Ballista, il se fit proclamer empereur par ses troupeset associa au pouvoir ses deux fils, Macrien Junior et Quietus. Ces usurpateurs disposaient de troupes aguerries et d'or en quantité suffisante pour fléchir les consciences les plus loyales, aussi toutes les provinces orientales de l'Empire reconnurent -elles leur autorité.

Toutes ? Non... Le petit royaume de Palmyre résistait encore et toujours aux sirènes des Macriens. Odenath dédaignait de reconnaître les usurpateurs orientaux et continuait à considérer Gallien comme unique empereur romain. Il faut dire aussi que, pour un homme ambitieux comme l'était le souverain de Palmyre, Gallien représentait un suzerain beaucoup moins encombrant que ces Macriens, père et fils. L'empereur de Rome se trouvait en Occident, autant dire au diable Vauvert, occupé à batailler contre des kyrielles d'usurpateurs fraîchement éclos, tandis que les Macriens, eux, régnaient en Orient, aux portes de Palmyre.

Mais, heureusement pour Odenath (et pour Gallien), ces usurpateurs attrapèrent la grosse tête !
Fi des provinces orientales ! Ce qu'ils voulaient, c'était aller à Rome, détrôner Gallien et gouverner la totalité de l'Empire. Mais pour cela, il fallait anéantir les légions de l'empereur légitime.
Macrien Père et son fils aîné prirent donc avec eux la plus grande partie de leur armée et partirent vers le Nord à la conquête du trône impérial. Ils avaient laissé à Quietus, le cadet la famille, le soin de défendre les provinces dont ils s'étaient emparés avec les maigres troupes qu'ils lui laissaient et l'aide du Préfet du Prétoire Ballista.

C'était vraiment laisser la proie pour l'ombre ! Après s'être concerté avec l'empereur Gallien, Odenath ne laissa pas passer l'occasion d'attaquer Quietus et Ballista, momentanément affaiblis, et de prendre les Macriens à revers.
l infligea une grave défaite au jeune usurpateur, le forçant à se replier dans la ville d'Émèse où le cadet des Macriens fut tué (ainsi d'ailleurs que le Préfet Ballista) dans des circonstances assez obscures (tué par la foule ou exécuté sur l'ordre du roi de Palmyre ?).
Sur ces entrefaites, Gallien s'était également débarrassé des deux autres Macriens : le général Aureolus, fidèle à l'empereur de Rome les avait défaits dans les Balkans. Les usurpateurs avaient été tués peu après la bataille

En automne 261, Odenath contrôlait nombre de riches provinces orientales de l'Empire. On pouvait même dire que le Sud de l'Asie mineure, le Nord de la Mésopotamie, la Syrie et la Palestine se trouvaient désormais annexés, de fait sinon de droit, au royaume de Palmyre.

Quant à l'empereur Gallien, il fut contraint de faire contre fortune bon cœur, de baiser la main qu'il ne pouvait mordre. Le roi de Palmyre, c'était quand même un rival d'un autre acabit que les Macriens, Ingenuus et autre Regalianus ! Alors, tant qu'Odenath ne remettait pas gravement en cause l'unité (pourtant de plus en plus théorique) de l'Empire romain, mieux valait le ménager, s'en faire un ami en le couvrant d'honneurs.
C'est ainsi que l'ancien roitelet de Palmyre se vit bombardé de titres ronflants. Dès 261, il devint Dux Romanorum ("chef des Romains"). Quelques années plus tard, vers 267, après qu'il eut encore donné aux Perses une leçon d'art militaire en allant, une nouvelle fois, ravager les environs de leur capitale mésopotamienne de Ctésiphon, Gallien le promut au rang de Corrector totius orientus ("Co-régent de tout l'Orient")
De son côté, Odenath lui-même, fort satisfait de ses victoires, s'octroya le titre typiquement oriental de "Roi des Rois" (en Grec "Basileus basileon" et en araméen "mlk mlk", d'après une inscription bilingue gréco-araméenne trouvée à Palmyre). Belle promotion pour un obscur descendant de bédouins arabes !

Cela dit, et ces titres ronflants mis à part, les historiens sont absolument certains que jamais Gallien ne l'associa à son trône en le nommant "Auguste" (Augustus) et que lui-même ne revêtit jamais la pourpre impériale, contrairement à ce que prétend le rédacteur anonyme de l'Histoire Auguste.
Cependant, malgré son apparente sujétion à l'Empire, il est évident que le roi de Palmyre se souciait autant - voire plus ! - des intérêts particuliers de sa ville que du prestige de Rome. Sa mainmise sur les provinces impériales, ainsi que ce titre tout oriental de "Roi des Rois", qui en faisait l'égal théorique du grand souverain perse, montrent bien que nous nous trouvons ici en présence d'un mouvement séparatiste larvé. Il faut considérer l'action d'Odenath, poursuivie après sa mort par son épouse Zénobie, comme une "révolution culturelle orientale", comme une réaction "nationaliste" de l'élément indigène sémite et araméen contre la colonisation gréco-romaine.

Vers 267, un obscur complot domestique, dont peut-être son épouse, la belle Zénobie tirait les ficelles, mit un terme aux jours d'Odenath. Un de ses familiers (peut-être un neveu) l'assassina, lui et un des fils, nommé Herodianus, qu'il avait eu de sa première épouse. À la mort d'Odenath, sa seconde épouse Zénobie exerça la régence au nom de Vaballath, leur fils.

À noter pour terminer que le fils aîné d'Odenath, celui qui fut assassiné avec lui, et qui portait le nom de Septimius Herodianus, ne fut jamais couronné empereur, contrairement à que qu'affirme l'auteur de l'Histoire Auguste. Son assassin, que le même ouvrage appelle Mæonius, ne le fut pas non plus… Et encore moins les deux fils d'Odenath nommés Herennianus et Timolaus, qui ne sont que des personnages totalement fictifs, inventés par l'imaginatif auteur de l'Histoire Auguste pour atteindre le nombre crucial, fatidique et requis des "Trente Tyrans".

 

Odenath sur la Toile :

 

RECHERCHE DANS LE SITE
"EMPEREURS ROMAINS"
Google Custom Search
 

Cités caravanières du Proche-Orient :

De Imperatoribus romanis : Vaballathus and Zenobia

Catholic Encyclopedia : Palmyra

HIstoire Auguste : Tyranni triginta (Ling. Lat.)

GIBBON, Histoire du déclin et de la chute de l'Empire romain (site Histoire antique des pays et des hommes de la Méditerranée) :

Numismatique : Contemporains d'Odenath...

 

En vrac, encore d'autres pages internet :

 

PALMYRA