218 - 222
Elagabal
(alias Héliogabale)

(Varius Avitus Bassianus puis Marcus Aurelius Antoninus)

 

élagabal (Héliogabale)

Né vers 204, Élagabal s'appelait en réalité Varius Avitus Bassianus. Son arrière grand-père maternel Julius Bassianus (voir tableau généalogique), qui était aussi le beau-père de l'empereur Septime Sévère et prince de la ville syrienne d'Émèse (aujourd'hui Homs), lui avait légué les fonctions de grand prêtre du Dieu solaire El Gabal, ou Héliogabale, vénéré dans sa ville... Ce qui explique le sobriquet malveillant que donneront plus tard à cet empereur des historiens latins forts critiques (c'est le moins qu'on puisse dire) à son égard. Notre Varius Élagabal était donc à la fois prince syrien, citoyen romain, prêtre du Soleil et petit cousin de Caracalla.

Après le meurtre de cet empereur (8 avril 217), toutes les femmes de la branche syrienne de la famille impériale, chassées de Rome, se replièrent dans leur fief d'Émèse. Il y avait là Julia Moesa, grand-mère d'Élagabal, Julia Soaemia, sa mère et Julia Mammaea, sa tante et mère du futur empereur Alexandre Sévère. Et toutes de comploter à qui mieux mieux contre Macrin, l'assassin présumé et successeur de leur bon parent Caracalla.

Or, les hasards de la génétique avaient voulu que les traits du petit Varius Élagabal ne fussent pas sans rappeler ceux de son impérial cousin assassiné. Une telle coïncidence ne pouvait être qu'un signe du destin dont il fallait impérativement tirer parti ! Ces dames d'Émèsemère d'Élagabal comprise, firent donc courir la rumeur qu'en fait, le petit Varius était bien le fils légitime de Caracalla.

C'était un très gros mensonge... Mais comme ni Caracalla, ni le vrai père d'Élagabal, un patricien romain nommé Sextus Varius Avitus, mort quelques années après la naissance de son fils, n'étaient plus en mesure de rétablir la vérité, les anciens soldats de l'empereur assassiné mordirent à l'hameçon, comme un seul poisson ! "Si la mère d'Élagabal elle-même confessait son adultère et la bâtardise de son rejeton, c'est qu'il devait y avoir anguille sous roche", pensèrent-ils. Et puis surtout, les légionnaires avaient tellement envie d'accréditer cette fable… L'empereur Macrin commençait sérieusement à leur pomper l'air, lui qui vivait dans le luxe, le calme, la volupté et la débauche à Antioche tandis qu'eux croupissaient sous de pauvres tentes, parqués comme des bêtes de somme aux confins du désert syrien ! Et comble du comble, ce civil, qui ne connaissait guère l'armée que par ouï-dire, avait le culot d'exiger une discipline de fer… des contraintes inhumaines auxquelles il aurait bien été incapable de se plier lui-même !

La fiction de la naissance illustre du petit Varius Élagabal était donc la bienvenue ; elle permettrait à l'armée de se débarrasser du tyran en sauvegardant les apparences de la légalité. Et les soldats, en masse, d'abandonner les infâmes campements où les cantonnait Macrin pour venir, sous les murs d'Émèse, voir, entendre, applaudir et complimenter ce petit Élagabal, qui ressemblait tant à leur cher imperator Caracalla

Macrin tenta bien de réagir, mais les quelques maigres troupes qu'il parvint péniblement à rassembler pour affronter son jeune rival désertèrent sur le champ de bataille.
L'assassin de Caracalla, abandonné de tous, s'enfuit et fut exécuté peu après, ainsi que son fils Diaduménien, qu'il avait déjà présomptueusement désigné pour lui succéder.

Au mois de juin 218, le jeune Varius, qui avait repris le nom de Marc Aurèle (Marcus Aurelius Antoninus) déjà abusivement porté son père supposé Caracalla, se retrouvait le seul maître de tout l'Empire romain. Il avait quatorze ans.

Bien sûr, l'historien grec Hérodien (V, 6 : 1)indique bien qu'au début de son règne, Élagabal "envoya à la mort un très grand nombre de personnages célèbres et riches, accusés auprès de lui d'avoir désapprouvé et raillé son comportement". Mais il y a tout lieu de croire qu'il ne s'agissait là que de la très classique "épuration politique" qui marquait toujours la réussite du coup d'état d'un prétendant à l'Empire romain. Car, si l'on examine soigneusement les récits, souvent ébouriffants, rapportés par les historiens antiques, on en arrivera à la conclusion qu'Élagabal fut, en réalité, plus dispendieux que cruel et plus extravagant que vraiment méchant.

Ses biographes, partiaux, ont en effet fortement exagéré les vices de celui qui n'était, finalement, qu'un "sale gamin", ivre de son pouvoir soi-disant absolu.

Citons, en guise d'exemple, deux "bonnes" plaisanteries (parmi d'autres) de ce garnement d'Élagabal : "Il aimait jouer des tours à ses esclaves, comme de leur ordonner, contre une récompense, de lui apporter mille livres de toiles d'araignées ; et il paraît qu'il en réunit dix mille livres, ce qui lui fit dire que c'était un moyen de se rendre compte de la grandeur de Rome". (Hist. Aug., Élagabal, XXVI, 6).

Ou encore : "Il proposait à ses invités une sorte de sujet de concours consistant à trouver de nouvelles recettes pour relever le goût des mets et celui dont il appréciait le plus la trouvaille se voyait offrir une récompense magnifique (…). En revanche, si l'un d'entre eux avait inventé un condiment qui lui déplaisait, il l'obligeait à continuer d'en manger jusqu'à ce qu'il en ait trouvé un meilleur".

Il n'y a pas là de quoi fouetter un chat, mais ses biographes antiques ont monté en épingle ce genre d'anecdote pour faire de ce gamin un tyran sanguinaire, alors qu'en fait, ce soi-disant despote sanguinaire tremblait comme une feuille devant l'armée, si menaçante, et devant sa propre famille, véritable nid de vipères intrigantes.
Ces écrivains antiques, en racontant la vie Élagabal, se montrèrent en l'occurrence plus moralistes qu'historiens. Par des descriptions violemment contrastées, ils opposèrent un empereur qu'ils voulaient totalement pervers à son cousin et successeur, Alexandre Sévère, qu'ils présentaient (avec tout autant d'exagération) comme le parangon de toutes les vertus.

soaemias

Dans la réalité des faits, Élagabal, fastueuse marionnette, laissa les rênes du gouvernement à sa grand-mère, Julia Moesa et à sa mère, Julia Soaemias.
Ce furent cette emprise féminine, la superstition de l'empereur, ses caprices enfantins, ses dépenses inconsidérées, ses mariages homosexuels, et non son tempérament cruel ou sanguinaire, qui horripilèrent les "vieux Romains" et précipitèrent sa chute.

Cependant, après cinq années de règne, Élagabal bénéficiait toujours du soutien de l'armée. Il le perdit par maladresse.
La grand-mère d'Élagabal, Julia Moesa, pressentant que les vices de son petit-fils finiraient par le perdre, lui et sa famille, le convainquit d'adopter son cousin, Sévère Alexandre (voir tableau généalogique) et de l'associer au pouvoir au titre de "César". Ce jeune homme était la parfaite antithèse d'Élagabal : sévère, Alexandre l'était plutôt deux fois qu'une ! Avisé, vertueux, patient et sage, il parvint à se rendre populaire auprès de la seule force qui comptât réellement dans l'Empire : l'armée.
Aussi, quand les soldats apprirent qu'Élagabal cherchait à se débarrasser de son cousin et associé, ils commencèrent à murmurer contre leur bougre d'empereur.
C'était sans doute une rumeur non fondée car, à ce moment, il semble bien qu'Élagabal avait accepté de bon cœur le partage du pouvoir que lui avait proposé sa grand-mère et qui prévoyait qu'il se consacrerait uniquement à ses activités religieuses tandis que son cousin assumerait les contraintes politiques et militaires du pouvoir.

moesa

Mais quoi qu'il en soit, Élagabal, à ce moment, commit la plus incroyable des boulettes.
Confronté à une armée de plus en plus hostile, au lieu de calmer le jeu, il fit courir le bruit de la mort d'Alexandre, sans doute pour mieux évaluer la popularité de son cousin. Ce fut l'émeute : peuple, Sénat et surtout l'armée se massèrent devant le palais pour demander des comptes à l'empereur (impératrice - prêtre(sse).

Heureusement, pour sauver sa tête, l'empereur put exhiber au balcon un Alexandre bien vivant. La foule se calma un peu et commença même à se disperser. Mais le rancunier Élagabal, dans un ultime caprice enfantin, voulut faire arrêter les meneurs de la manifestation et les condamner pour crime de lèse-majesté.
Alors, la foule furibarde envahit le palais, et ce fut le carnage… Les favoris et les mignons de l'empereur furent d'abord littéralement dépecés, émasculés, empalés ("afin que leur mort fût en conformité avec leur vie", dit le chroniqueur). Ce fut ensuite le tour de l'empereur qui fut massacré dans les latrines du palais. Son corps fut traîné à travers les rues de Rome, puis la populace tenta de jeter le cadavre aux égouts, mais, comme les conduits étaient trop étroits, l'impérial cadavre fut finalement balancé dans le Tibre (11 mars 222).

Les historiens, anciens modernes, considèrent qu'Élagabal fut, à l'instar de Néron, Domitien et Commode, un empereur dément, un "César fou". Il se trouve pourtant un aspect de son règne moins incohérent que les autres : il s'agit de sa politique religieuse.

Le jeune empereur se considérait, avant tout, comme le grand-prêtre de son dieu solaire El Gabal. À ce titre, il aurait voulu que le soleil d'Émèse domine, et à terme supplante, toutes les autres divinités.
Ce n'était pas si mal pensé que cela : cinquante ans après Élagabal, l'empereur Aurélien, qui était tout sauf un illuminé, visera à peu près au même objectif. À un moment où il était nécessaire de restaurer l'unité de l'empire, un culte unique, quel qu'il soit, garantissait au moins l'unité idéologique. En outre, quand l'empereur était aussi pontifex maximus d'une divinité suprême, sa personne devenait inviolable et toute atteinte à son autorité était un sacrilège !Une conception "césaro-papiste" de la monarchie qui sera celle des empereurs païens, puis chrétiens, du Bas-Empire.
Dès lors, quoiqu'on puisse ironiser sur le ridicule mariage qu'Élagabal célébra entre deux cailloux, l'un représentant son dieu solaire d'Émèse et l'autre la divinité lunaire, acheminée à grands frais de Carthage, en matière de politique religieuse, le jeune empereur eut donc le grand tort d'avoir raison trop tôt.

Malgré son souci de promouvoir le culte solaire, l'empereur Élagabal laissa les Chrétiens en paix.
Le rédacteur, anonyme et tardif (Ve siècle), de l'Histoire Auguste prétend bien qu'il aurait eu l'intention de transférer dans son temple du Soleil de Rome "les religions des Juifs, des samaritains et les rites chrétiens, afin que le clergé d'Héliogabale détienne les mystères de tous les cultes".
Cette affirmation relève sans doute uniquement de l'imagination débridée de l'auteur l'Histoire Auguste. Cependant, il n'en est pas moins fort vraisemblable qu'Élagabal avait entendu parler de la religion chrétienne : les Chrétiens étaient nombreux en Syrie et Anicet, pape de 155 à 166, était, comme lui, originaire d'Émèse.

Nous noterons aussi qu'après l'assassinat d'Élagabal, la populace, qui venait de dépecer son empereur se livra un violent pogrom anti-chrétien où le pape Calixte perdit la vie : écharpé par la foule, on lui attacha une pierre au cou et, en visant bien, on le jeta d'une haute fenêtre dans un puits profond.

Ce massacre tendrait à prouver que les Chrétiens de Rome étaient, pour le moins, considérés comme des amis et des alliés de l'empereur-grand-prêtre Élagabal. 

 

Elagabal sur la Toile :

 

  •  L'Héliogabale d'Antonin Artaud est-il conforme à la vérité historique ? : Clic !
    • Héliogabale et Artaud : deux Antonins pour le prix d'un ? : Clic !
  • Que sait-on du lieu de naissance d'Élagabal ? : Clic !
  • Hiérocles : le rude mari de l'empereur Elagabal : Clic !
  • Le Chronicon Paschale et les émeutes de 223 (ou de 222) : Clic !
  • Les épouses d'Élagabal  : Clic !
    • Annia Faustina : une petite-fille de Marc Aurèle dans le lit surpeuplé d'Elagabal : Clic !
      • était-elle liée aux Antonins ? : Clic !
  • A la recherche d'un empereur croquemitaine : Clic !
  • Site mediterranee-antique.info : Les Césars du IIIe siècle, du Comte de CHAMPAGNY : Clic !
  • Tableau généalogique de la dynastie des Sévères : Clic !
  • Qui sont les "Césars fous" : Clic !
RECHERCHE DANS LE SITE
"EMPEREURS ROMAINS"
Google Custom Search

De Imperatoribus romanis : Elagabalus

The Throne of the Caesars :

Inumis :

Catholic Encyclopedia :

Catholic.org : St. Calixtus

Site "Inquisitor" : Elagabal, le pervers enfant de choeur

Hédodien : Book V (Macrin & Élagabal) (engl.)

HIstoire Auguste :

GIBBON, Histoire du déclin et de la chute de l'Empire romain (site Histoire antique des pays et des hommes de la Méditerranée) :

Numismatique :

 

En vrac, encore d'autres pages internet :